Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rugby de poussière
Rugby de poussière
Menu
rencontres au coin du monde...

rencontres au coin du monde...

Alternance de transports. Changement de vitesse. Sur rail, sur roue, sur l’air, à pied, en bus, en train, en avion, en moto … l’heure qui passe, l’attente de correspondance, le stress du timing. Tirer, pousser, soulever, caler, … des bagages comme des boulets.

 

Mais aussi rencontrer, échanger, dialoguer, partager. Un moine tibétain de St Jean à Montparnasse, un chinois de Paris à Ouaga, une Ouagalaise de Ouaga à Bobo. Les voyages nous coupent de nos repères, de notre confort, de nos habitudes. Ils nous poussent à tisser des liens. A laisser une adresse mail, un téléphone, un contact. Peut être nous reverrons nous ?!

 

1er jour Bobo 2012 001 (Copier) (Copier) (Copier)           l'embaras du choix...

 

 

1er-jour-Bobo-2012-010--Copier---Copier-.JPGBouba et son inconditionnel accueil à Ouaga. 1 000 mercis !

 

1er-jour-Bobo-2012-024--Copier---Copier-.JPG

 

1er-jour-Bobo-2012-015--Copier---Copier-.JPG

le blanc dans les yeux

 

1er-jour-Bobo-2012-022--Copier-.JPGplanétaire doudou...

1er-jour-Bobo-2012-019--Copier---Copier-.JPG

 

1er-jour-Bobo-2012-025--Copier---Copier-.JPGdégustation de fraise ouagalaise

 

Après l’accueil chaleureux de Keyta Bouba à Ouaga et une visite cheveux au vent de la capitale du Burkina,  me voici parti pour Bobo : 370 km séparent les 2 villes. Transport plus que classe : bus climatisé, de la place pour les jambes, 1 seul arrêt, nourrit de gâteau maison par ma voisine. Ça file, le son de musique africaine à font dans une ambiance de décontraction. « Vous viendrez voir ma famille à Ouaga quand vous reviendrez ? Tenez voici l’adresse de mon fils qui fait ses études à Bordeaux. Vous l’appellerez ?! » Le monde est grandement petit.

 

1er-jour-Bobo-2012-028--Copier---Copier-.JPGfameux les gateaux Mme Campaoré !

 

Petite pensée : et si l’année prochaine je faisais Ouaga-Bobo à vélo ? Tant de choses passent trop furtivement devant mes yeux.

 

Chaleureux comité d’accueil à la descente du bus : les 2 Cheicks, Lili, Téné. Nous rejoignons l’hôtel La Farida dans le quartier Diaradougou. Retour vers des souvenirs. « Bonjour Monsieur Javerzac ! Et la famille, et le travail ?! ». J’opte pour 2 m² supplémentaires pour ma chambre, histoire de pouvoir faire cette année au moins le tour du lit !

 

Je retrouve Yaya, le Peul de Mopti. Il est descendu du Mali exprès pour la formation. Pour ceux qui ont suivi mon précédent périple, c’est le gars, dés il est à côté de vous, vous paraissez sans aucune formes musculaires.

Ça ma fait chaud au cœur de le voir.