Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rugby de poussière

Rugby de poussière

Menu
.. joue comme le fleuve

.. joue comme le fleuve

.. arrivée de nuit à Foundiougne (y-a le "e" cette fois si Seb !) en pirogue sous les étoiles ! On a ratés le bac pour traverser le Sine Saloune. Voyage de quelques minutes un peu irréel dans le noir complet vers une destination invisible. Je crois que je fais ces missions aussi pour ce genre de moment. 

La nuit ici est tellement agréable. Sans lumière parasites, les étoiles ressortent plus brillantes que jamais et le tout dans une douce chaleur 

Début de la formation avec tout le cérémonial qu'il se doit. Moment dont je me passerai bien mais bon c’est ainsi, je dois assumer. Je suis venu au Sénégal dans le cadre d’une coopération décentralisée entre le département de la Gironde et le département de Foundiougne. Je représente donc, et ce n’est pas rien, la Gironde !!

 

On me présente un groupe de 3, heuu, non, 4, enfin 6, puis 7, jeunes d’associations de Foundiougne et de Soom, un village à côté. Ils seront au final 8 sur le terrain. 

C’est assez magique de présenter quelque chose de complètement nouveau. Etre à la "génèse" d'un sport. Peut-être resterai-je dans les mémoires comme un "missionnaire" venu marchant sur l'eau pour rejoindre l'autre rive ayant dans mon filet de pêche de drôles de ballons.. Au niveau de mon groupe de fidèle, certains ont une petite représentation du rugby grâce à ta télé. Je les laisse donc aborder l’activité avec ce qu’ils savent déjà. Ce sont tous des footballeurs donc ils maîtrisent le déplacement et la course avec ballon. Nous jouons sur un terrain en bord de Sine Saloune. Malgré l’autorisation de pouvoir agir sur le porteur de balle les joueurs se positionnent en miroir sans se toucher. Pas l'habitude de combattre pour se peuple de lutteurs ! C'est l'aspect jeu de balle collectif qu'ils ont l'habitude de pratiquer (foot et basket ) qui les freinent dans leur rapport au contact. ça viendra bien assez tôt mais pas trop je l'espère car comme j'ai pu le constater dans d'autres missions au départ les joueurs totalement inconnus à l'activité jouent tout naturellement sur l'évitement. La nature humaine face au danger ! Et ensuite en fonctions des représentations et des orientations de différents "missionnaire du rugby" le jeu se durcit et s'enferme, perdant la vélocité et la beauté de ses déplacements... Quel dommage de résumer notre activité à sa part combatif et "testostéroniennes".. "Le fleuve Niger évite le rocher, pourquoi changer son cours" aurait dit Pierre Villepreux..